Ma rencontre avec le volontariat

Les panélistes

J’ai assisté à un atelier d’InFormation ce 4 décembre 2017 au sein du Centre d’Information des Nations Unies situé à Tsinga à Yaoundé. C’est une belle expérience que je partage volontairement avec vous.

Une semaine auparavant, un échange de mail avait eu lieu entre moi et Margot Roulland de France Volontaires. Il fallait juste confirmer ma disponibilité pour recevoir une lettre d’invitation. Cette prise de contact s’est déroulée comme une lettre à la poste.  C’est donc ce 4 décembre que je me rends comme prévu à l’atelier sur le volontariat initié par l’institution de Margot et ses partenaires. J’ai reçu les indications pour retrouver le bâtiment qui abrite les travaux, mais n’étant pas sûre et pour ne pas faire tourner en rond le taximan, je décide de le repérer à pieds.

A mon arrivée, je rencontre Taa Mi (Mireille Flore Chandeup), ma collègue blogueuse qui m’accueille toujours souriante comme d’habitude. Nous étions trois à être arrivés avant le début des activités. Le vigile qui veille aux grains sur les lieux, nous montre une salle où nous pouvons nous installer en attendant l’arrivée des autres participants. On papote un peu. Nous sommes rejointes plus tard par Fabrice Nouanga, un autre blogueur convié par France Volontaires.  C’est alors que nous décidons de rompre avec cette longue attente en allant nous restaurer.Lire la suite


Mendicité et viol : le cas des deux fillettes de Douala Bar

Rue Douala Bar

Lors de mon dernier séjour à Douala la capitale économique de mon pays le Cameroun, j’ai  découvert un coin et mon attention a été portée sur deux petites filles qui s’y trouvaient.

Ce soir-là, je venais à peine de finir la session de formation en blogging organisée à l’Institut Français de Douala. J’ai juste eu le temps de déposer mes valises au « Foyer des marins ». Un bon refuge je dirais discret et en plein centre d’Akwa. Donc je disais que j’avais juste eu le temps de déposer mes valises. Et il fallait que je ressorte. Mon ventre réclamait entre les explications aux jeunes passionnées du blogging et les discussions avec les blogueurs, je n’avais vraiment pas vu la journée passée. Didier Ndengue, créateur du concept « Je suis camerounais et je blogue » pour l’occasion, était mon guide touristique culinaire. Après un bref passage dans un restaurant pour gouter au Dakéré et quelques biscuits, il me proposait de nous rendre à Douala Bar. Dans ce genre de situation, je suis curieuse et très souvent je me laisse guider comme un bœuf qui se dirige vers l’abattoir. Il nous a fallu à peine 10minutes dans le taxi pour rejoindre le célèbre coin. A peine descendus, une jeune dame nous accoste, elle avait une robe moulante avec des imprimés façon marin et un Make Up extravagant. Didier et moi nous laissons guider. Nous empruntons une allée où il y a des bars alignés des deux côtés  et au fond, des vendeurs de poissons. Sans nous laisser nous asseoir, elle nous propose à manger et nous nous dirigeons vers un comptoir où elle nous présente différentes variétés de poissons. Bars, Maquereau, Carpes, Rosada, tout y est. Nos choix se portent sur deux carpes avec des frites de plantain. Apparemment cela prendra un peu de temps pour que nous les dégustions.Lire la suite


Je suis allée à une agence Eneo et hélas rien n'a changé

J'ai entrepris récemment de me rendre à une agence Eneo, le fournisseur de l’énergie électrique au Cameroun, pour payer ma facture. Cela faisait une éternité que je ne m'y étais plus rendue et je voulais voir s'il y avait eu des améliorations de ce coté.

J'aime rêver ! C'est vrai parce que j'ai toujours espoir que les choses iront bien dans tous les domaines d’activité dans mon pays. Après les multiples initiatives pour délocaliser les payements de nos factures d'électricité dans les agences Eneo uniquement, je me disais que tout irait pour le mieux. Donc pas d'affluence, pas de longues attentes, des caissières souriantes, etc. Bref pourquoi pas une agence même où, en attendant de payer votre facture si jamais c'est le cas, vous avez la connexion Internet via le Wifi gratuite ou une tasse de thé ou de café. Avec ça, vous attendez sans vous rendre compte. Voilà je rêve encore !

Caisse Agence Eneo

Mon chemin de croix

J'ai été obligée de dire dernièrement à une vilaine hôtesse d'accueil que « dans le monde entier le client est roi, mais au Cameroun le client est esclave ». Elle n'a eu ni chaud ni froid. Elle ne me gérait même pas. Alors je suis partie. Je disais que je voulais donc voir ce qui avait changé dans les agences Eneo et j'ai décidé de me rendre dans l'une d'entre elles pour payer ma facture et faire une économie d'un montant de 200F de frais à payer quand on veut le faire ailleurs (vous voyez de qui et de quoi je parle non ?). Je suis arrivée à 8h et il y avait déjà une file d'attente. Mon cauchemar avait recommencé. Sur les quatre blocs de caisse prévus pour les payements une seule était ouverte à cette heure là et en quittant de là, après 45 minutes, les autres n'étaient toujours pas ouvertes. La caissière était lente comme une tortue. C'est le genre de situation qui me donne le vertige. Il fallait attendre près de 10minutes pour avancer de deux  pas. Dieu merci avec le téléphone en main, on oublie un peu cette corvée. Après avoir franchi l’autre étape, le problème de monnaie s’est posé. C’est comme une malédiction chez les caissières au Cameroun. Elles n'ont jamais de petites monnaies. Vous devez vous battre à en trouver ou rester là et attendre qu’elles fassent leurs caprices sans trouver de solution à votre problème. De fois si vous êtes pressés, vous êtes obligés de prendre ce qu'elle vous présente et de la laisser avec un pourboire forcé malgré son mauvais service. L’impolitesse à l'accueil est le problème de tous les services sinon de la majorité des services au Cameroun. Cela peut arriver de ne pas avoir de la petite monnaie mais la façon et le ton avec lequel elle vous l'annonce peut vous donner un AVC et si vous lui dites "Pardon?" parce que vous n'avez pas bien suivi, ne comptez pas sur elle pour répéter. Elle dira seulement "Suivant".

Avec ce vol à ciel ouvert sur le reste d'argent des clients, j'utilise fréquemment mes pièces de 5f à la CDE (Camerounaise des Eaux) pour avoir le montant exact ainsi pas de souci de monnaie. C'était un test pour moi et je me suis rendue compte que cela ne vaut pas la peine. Quand j'ai été informée du fait que nous pouvions déjà payer nos factures ailleurs que dans les agences Eneo, j'ai sauté de joie. Je me disais que c'était la réponse à ma prière car je ne vous raconte pas les nombreuses fois où j'ai préféré payer quelqu'un pour aller régler ma facture de peur de vivre ce que je vous ai raconté plus haut. Les patrons de ces agences devraient songer à mettre des caméras pour que nous clients, puissions avoir un bon service. Une autre solution est aussi ces évaluations de la prestation de celui qui vous reçoit séance tenante chez Mtn. Depuis que les clients doivent évaluer après la résolution de leur réclamation, le service et l'accueil se sont nettement améliorés. Cela devrait être ainsi partout pour que nous, clients, soyons vraiment des rois et non juste des acteurs d'un slogan qui nous vend de la fumée.

Entre temps, les employés d'Express Union, depuis qu'ils ont constaté le retour des clients après l'élévation des prix du transfert par téléphone chez leurs concurrents, sont redevenus impolis.

 

 


5 Raisons qui vous feront rejoindre le Blog Hub Yaoundé

Séance de travail

Il fallait aussi une rencontre des blogueurs à Yaoundé donc le Blog Hub est né et c’est généralement le premier weekend de chaque mois que les blogueurs et ceux qui sont intéressés par cette activité, se donnent rendez-vous pour échanger sur des sujets qui les passionnent. Dans cet échange convivial il y a bien sur beaucoup d’apprentissage. Si comme moi vous aimez apprendre en vous amusant, je vous dévoile 5 aspects incontournables du Blog Hub Yaoundé.

C’est à Yaoundé

Oui la capitale du Cameroun. Les locaux de l’institut GOETHE nous ont été gracieusement offerts pour que tous les blogueurs qui le veulent aient un espace à eux pour faire leurs activités. Il y a une connexion, un vidéo projecteur et un clavier (faites gaffe faut savoir lire et remplacer les touches du clavier en allemand). Ce sont des éléments nécessaires pour les blogueurs non ? Vous imaginez-vous sans connexion ?

Prise de notes ils sont très concentrés non?

C’est comme Meetic

Pas pour les rencontres amoureuses, quoi que cela peut arriver on ne sait jamais mais vous avez la possibilité de rencontrer tous ou la majorité des blogueurs de Yaoundé et ceux des autres villes quand ils sont de passage dans la ville de Yaoundé. Vous pouvez échanger avec eux et leur dévoiler ce que vous voulez vraiment faire bloguement parlant.

C’est une mine de Diamants

Bloguement parlant aussi vous avez la possibilité de faire connaitre votre blog, de vous faire coacher pour en ouvrir un et même de vous défouler sur celui d’un blogueur. La nouvelle orientation de cette rencontre prévoit désormais la présentation d’un blog par son auteur et donne la possibilité à l’assistance de poser des questions ou de proposer des améliorations qui peuvent s’avérer bénéfique pour l’auteur.

C’est un examen oral

Oui si vous voulez voir comment TDK, Fotso FONKAM, Mireille CHANDEUP ou Alexandra TCHUILEU ou encore un autre blogueur bégayer lors de sa présentation, c’est l’occasion rêver, chacun d’eux se livrera volontiers à cet exercice. C’est vrai dernièrement Fotso FOKAM nous a présenter WordPress avec des termes trop techniques et compliqués là mais bon la pilule est passée je dirais comme dans une publicité « comme une lettre à la poste ».

Fotso Fokam l'enseignant du jour

C’est un restaurant

C’est le point le plus intéressant de la rencontre quand TDK avale 20 crêpes d’un trait ha oui comptez j’ai dit 20 si vous voulez témoigner venez. Il y a aussi des découvertes tenez à la dernière séance, Tata Mi a présenté un mélange de crêpes et de confitures PADJI faites maison par ses soins qu’elle exposait très bien. Si vous êtes gourmand comme moi arrivez à 10h par-là vous trouverez des bonnes choses. On se pince !

Confiture d'ananas par Taa Mi

 

Les crêpes sexy

Ma mauvaise expérience des supermarchés

Depuis quelques années déjà j'ai pris l'habitude de faire mes achats, je dirais même certains achats dans les supermarchés. Il me faut d'abord signaler que je ne suis pas riche mais des fois nous pensons à tord que les articles sont chers dans les rayons . Tout d'abord il faut chasser de votre esprit cette habitude de croire que faire des achats dans un supermarché fait de vous une personne de la haute classe. Je me suis déjà retrouvée en pleine discussion avec des amies qui voulaient me convaincre que si tu n'achète pas ci ou ça dans un supermarché c'est que c'est de la contrebande. Non Non c'est faux! Dans les marchés nous avons aussi de bons réseaux.

Je ne peux balayer du revers de la main les achats de la rue ou des marchés. Je suis née, j'ai grandi et vécu des achats faits dans les marchés: la "friperie" comme on le dit de manière populaire. Malgré tous les astuces que vous pouvez trouver à dénigrer le fait de s'habiller, de se chausser à la friperie, elle aide beaucoup de personnes et c'est devenu une vraie pépite pour avoir des bons articles authentiques à des prix abordables car les supermarchés et prêt à porter ont de plus en plus l'ingénieuse idée de mixer les articles de bonne qualité et ce que nous appelons "les chinoiseries". Résultats vous payez cher pour un article qui n'est pas authentique.Lire la suite


Attention aux jus de fruits

C'est une mode de nos jours et surtout pour les aliments comme les jus de fruits  de dire que l'on consomme "Bio". Au fait consommer bio là signifie quoi parce que j'avoue que de plus en plus je ne comprends plus rien. Est ce bio parce que cela ne sort pas des boites de conserve? Est ce bio parce que c'est nous même qui les plantons? Est ce bio parce que c'est marqué comme tel sur l'emballage? Bref  je me perds dans cette notion de Bio car je ne sais si l'on devrait utiliser cette formule avec la quantité d'engrais que les agriculteurs utilisent à tort et à travers sans surveillance, ce serait faux. Je passe.

Vendeur de fruits

Lire la suite


Une rentrée à la Jackie Chan

Hum le genre d'histoire ci je sens seulement que les gens vont s'asseoir pour bien rire mais c'est vrai hein je raconte seulement la vérité.

C'est la rentrée scolaire et j'imagine que parents et enfants sont excités. A part le fait que la vie devienne de plus en plus difficile et chère, malgré le fait que rien n'est fait pour simplifier la tâche aux parents, le premier jour des classes est unique. Franchement les parents aujourd'hui n'ont plus de quoi sourire je me rappelle comment je conservais tellement bien mes livres (Mon livre Unique de Français par exemple) de toutes les classes pour que mon frère puisse aussi les utiliser et que mon père puisse économiser son argent. De nos jours chaque année on change les livres au programme, il arrive parfois même qu'on annule une édition en cours d'année ou qu'un professeur vous dise qu'il vend son livre et c'est ce qu'il utilise dans sa classe. Bref j'ai la rage je passe.Lire la suite


Etre une femme artiste au Cameroun

Danseuse source: Google

 

De plus en plus je remarque une tendance plutôt révoltante dans le milieu culturel. Bien avant dans les clips, je me demandais toujours pourquoi les femmes quand elles sont artistes, étaient toujours celles qui devaient laisser un bout de leur sein, de leur cuisse, de leur fesse à découvert pourtant les hommes eux n'avaient qu'à mettre un T-shirt moulant ou transparent. On m'a dit que c'est vendeur. Bref j'ai compris

En tant que téléspectatrice et amoureuse des mélodies je peux dire sans risque de me tromper que les clips de nos artistes au Cameroun se sont beaucoup améliorés. Les scènes, le shooting, les prises de vue que nous apprécions chez les artistes de l'occident ne sont plus un secret de nos jours. Les artistes s'entourent désormais des équipes qualifiées pour faire le boulot et le résultat est là. Vous pouvez avoir une mauvaise chanson ou un mauvais artiste avec un beau clip et rien que pour cela il gagnerait des vues. Voilà parlant de vues, c'est devenu le critère par excellence pour noter un artiste dans notre pays. C'est l'atout majeur que brandissent les artistes pour asseoir leur popularité c'est YouTube qui se frotte les mains avec les achats de vues. Ils veulent les vues et nous pour voir nous voulons des beaux clips. Qu'est ce qu'un beau clip? Ce critère varie d'un fan à l'autre, certains aiment les filles sexy et d'autres juste les jeux de lumière, la vieille voiture dans la clip de Xmaleya, le hangar de container du clip de Mathématik de Petit-Pays ou la scierie dans le clip de lady Ponce.

Les artistes l'ont compris et désormais même si tu ne chante pas bien il te faut un beau clip. Je suis satisfaite des clips et cela leur vaut déjà des récompenses dans les différentes cérémonies. Hum je m'éloigne déjà là. Un jour en regardant le clip d'une artiste, je m'étonnais du fait que les prises de vue du cameraman pour son clip ne reposait à 80% que sur son postérieur. C'est vrai qu'il était imposant et que la plupart des fans ne tarissaient pas d'éloges à ce sujet quand ils parlaient d'elle mais était ce une raison suffisante pour nous imposer deux masses tremblantes et recouvertes de vergetures durant tout un clip? Ne me tapez pas c'est juste une question.

Je ne pense pas. Il y a une multitude d'artistes femmes qui émergent tous les jours. Elles nous servent des clips impeccables, des belles mélodies avec des tenues de Ouf. Le Make Up et la luminosité leur donnent des beautés de diable qui font fantasmer. Le fantasme devient si poussé que les commentaires vont dans tous les sens. J'ai suivi plusieurs conversations où les fans pensaient que les artistes femmes ne sont pas là pour chanter mais juste pour exposer leur plastique et se créer un réseau de prétendants qui peuvent payer pour des services. Quand je parle de services c'est tout ce que vous pouvez imaginer. Ceci m'emmène à me demander si être une artiste et être belle ou potelée est un frein pour bâtir une carrière digne de ce nom? Ai-je besoin de citer ces artistes et ces clips ici? je ne pense pas vous les connaissez.

Un débat plutôt houleux que j'ai engagé avec des connaissances à ce sujet. Et nous avons décidé de juste se servir de nos oreilles pour juger des artistes et je peux dire qu'elles ne sont pas nombreuses qui passaient la barre. Quand elles ne crient pas comme des actrices des films "Grand Match", elles sont complètement hors gamme. On comprend pourquoi il faut jouer avec tous ces éléments cités plus haut et beaucoup plus avec la technologie pour avoir des voix dignes des extraterrestres. Un autre critère où elles versent le tapioca (elles déçoivent) c'est le Live, elles n'ont pas de souffle et sont très souvent obligées de jouer avec les coups de reins et le public pour faire oublier cette tare. Trop de femmes misent sur autre chose que leur voix pour faire carrière, des crieuses y en a partout, des belles femmes ce n'est pas ce qui manque dans ce pays. Pourquoi payerais-je pour aller voir un play back que moi-même je ferais à la maison? Pourquoi? pour voir quoi? vos chaussures? Vos postérieures? Vos Make Up? quand je parle du "Je" je parle du fan. Bref Mesdames les artistes femmes travaillez et je pense que si vous le faites, ce sera tellement impeccable que ces Messieurs ne seront pas obligés de vous donner des points et de vous juger sur autre chose que vos compétences artistiques.


Un Panda sur le toit du blogging camerounais

Panda au bureau

J'ai rêvé de ce titre toute la nuit avant d'écrire ce billet. Quand on parle de blogging camerounais c'est à peine si quelques personnes peuvent dire quand il a commencé. Rêver parce que tout d'abord j'ai manqué beaucoup d'occasions de participer  aux activités de l'ancienne équipe dirigeante, mais aussi parce que je vois une génération très active pour ce nouveau mandat donc de l'espoir.Lire la suite


VIOLEUR DE NUIT

Il est des histoires qui, même quand vous les avez pas vécu, à y repenser, vous paraissent être de fabulations sorties de l’imagination fertile de conteurs patentés. Le récit qui va suivre, vous fera sans doute le même effet, mais rassurez-vous, il est bel et bien réel.

Je me nomme Cassandra Monadibong, « Cassie » pour les intimes. Je suis une jeune fille ordinaire qui aujourd’hui n’arrive toujours pas à réaliser que ce cauchemar est fini.  Issue de deux tribus de la foret camerounaise, où histoires, mythes, légendes et sorcellerie se mêlent et donnent une réputation hautement mystique aux ressortissants de ces régions. Je suis Bassa de par ma mère et Maka de par mon père. La région de l’Est est le berceau de pygmées à qui on prête des pouvoirs surnaturels et mystiques. Les footballeurs de renom, les personnalités politiques et autres homme d’affaires à la réputation bien établie les fréquenteraient assidument, surtout à l’approche de grandes échéances. Bien qu’étant ressortissants de ces deux régions, mes parents modernes se sont bien gardés, de nous raconter ces histoires  qui font la réputation de leurs tribus. Nous avons été élevés dans la stricte tradition catholique et le Dimanche est sacré pour communier avec  Dieu et lui présenter nos doléances. Maman y veillait et papa aussi prenait le relais quand elle était empêchée. Je me souviens encore de nos longues causeries en famille autour d’un repas sur le sujet de la foi et mon père avait toujours cette phrase pour leitmotiv « Tout ce dont tu as besoin, demande à Dieu et tu le recevras ». Pas de marabout, de voyant, ni même de diseuse de bonne nouvelle chez nous c’était « des escrocs ».Lire la suite