Hum le genre d’histoire ci je sens seulement que les gens vont s’asseoir pour bien rire mais c’est vrai hein je raconte seulement la vérité.

C’est la rentrée scolaire et j’imagine que parents et enfants sont excités. A part le fait que la vie devienne de plus en plus difficile et chère, malgré le fait que rien n’est fait pour simplifier la tâche aux parents, le premier jour des classes est unique. Franchement les parents aujourd’hui n’ont plus de quoi sourire je me rappelle comment je conservais tellement bien mes livres (Mon livre Unique de Français par exemple) de toutes les classes pour que mon frère puisse aussi les utiliser et que mon père puisse économiser son argent. De nos jours chaque année on change les livres au programme, il arrive parfois même qu’on annule une édition en cours d’année ou qu’un professeur vous dise qu’il vend son livre et c’est ce qu’il utilise dans sa classe. Bref j’ai la rage je passe.

Mon souvenir scolaire le plus marquant je dirais est celui qui a forgé mon caractère que certains qualifient de « Bagarreur » et d’autres de « forte personnalité« . J’entrais à la maternelle et j’avais 4ans (je ne mets pas l’année vous voulez faire quoi avec?), oui on entrait à la Maternelle à cet âge après avoir bien côtoyé les autres enfants et les boites de tomates et de sardines au quartier. Ce jour là d’abord on m’a réveillé très tôt je dirais même trop tôt car il me souvient que je pleurais et malgré toute la chaleur de l’eau avec laquelle ma mère me faisait prendre mon bain je trouvais qu’elle était glacée ou trop chaude donc je pleurais de plus belle. Elle essayait de me calmer en me disant que je verrais tous mes copains à l’école. Je ne savais même pas ce que c’était et j’avoue que vu la gymnastique qu’on me faisait faire pour m’y rendre cela représentait l’enfer pour moi. J’avais à peine touché à mon petit-déjeuner mais ce n’était pas un souci pour ma mère elle avait tout avalé à ma place. Elle me tenait la main et nous nous rendions à l’école. Je trainais le pas, elle a du me porter, traverser la route et me déposer une fois devant le portail. Direction ma salle de classe ma maitresse Madame Tchapda venait m’accueillir et à sa vue je souriais parce que c’était une amie de ma mère qui nous rendait visite quelques fois et m’avait protégé de nombreuses fois des colères de ma mère. Je ne sais même plus quand j’ai lâché la main de ma mère je me suis retrouvée entre les mains de ma maitresse et ma mère était partie.

Je n’avais parlé à personne et j’avais passé la plupart de ma journée à baisser ma tête en la posant sur la table pour regarder le sol, je n’étais pas sortie m’amuser à la pause malgré les mimes que la maitresse nous faisait répéter. Ce jour là je suis rentrée à la maison avec tout mon goûter. Ma mère m’avait flatté en me promettant je ne sais plus quoi mais le lendemain j’étais un peu plus souriante mais une fois qu’elle avait lâché ma main devant la salle de classe j’ai pleuré, j’avais l’impression qu’elle m’abandonnait. La maitresse était venue me calmer,  j’avais participé à des activités et j’ai eu  des amis.

Mes amis à la Maternelle

Le lendemain tout se passait bien jusqu’à la pause. Il a fallu que je sorte mon bout de pain (pain plus omelette à la sardine je précise) et ma gourde pleine de jus pour qu’un gars un peu plus âgé que moi se pointe et me l’arrache en me demandant de lui donner également mon jus. Surprise, je m’exécutais et faisais un jeûne forcé ce jour là. Les deux jours suivants c’était le même cinéma puis  je prétextais une maladie pour ne pas y aller et pour ne pas croiser ce King Kong. Ma mère s’était rapprochée de moi en me demandant de lui dire la vérité. Après lui avoir conté ma mésaventure, elle m’avais dit « Si quelqu’un te dérange tu le croque ou tu le griffe« . C’était un bon conseil que j’ai accepté mais vous savez que l’exécution est une toute autre chose. D’abord il était plus grand que moi pour le gifler et en plus je n’avais ni ongles ni griffes (Depuis mon enfance quand je suis stressée je les coupe avec les dents sans m’en rendre compte). J’avais une autre idée.

Film Le Maitre Chinois

En plus des collections de films Hindous de Naguin à Disco Dancer  ou encore celle des films Western tel Le Bon, La Brute et le truand, mon père adulait Jackie Chan et malgré les nombreux films de cet acteur avec son maitre « Paï« ,le Maitre Chinois était mon préféré. Alors j’ai demandé à mon père durant tout un weekend de me repasser ce film j’imagine que même le magnétoscope en avait marre (Oui nous n’avait pas les DVD à cette époque). J’avais eu ma dose de Jackie Chan et le courage qui allait avec. J’attendais lundi avec impatience. Lundi matin mon bourreau se pointait pile à l’heure habituelle, je déposais ma gourde et rangeait bien mon goûter dans la poche de mon tablier. Etape suivante je ne sais pas où j’avais pris ce courage je bottais son genou de toutes mes forces et le temps qu’il se baisse pour hurler je l’avais poussé puis je mettais assise sur son torse en le giflant des deux côtés et très rapidement je ne sais plus combien je lui en avais donné. Je m’étais levée puis j’avais lancé un cri en essayant de me tenir comme ça.

Le poster de ma victoire

Ce sont les applaudissements de mes camarades et les « Iyo Iyo » qu’ils répétaient qui attiraient la maitresse. J’ai juste sentie une main qui me saisissait fortement en me trainant chez la directrice avec mon bourreau devenu la victime cette fois là. On a convoqué ma mère qui a eu droit à tous les détails sur ma violence sur le fait que je sois dangereuse, elle m’avait grondé en leur présence et nous devions rentrées. Une fois hors de l’école son visage crispée avait laissé place à un sourire, elle m’avait acheté une boite de chocolat en me disant « je suis fière de toi la prochaine fois si tu as des embrouilles défends-toi au lieu de pleurer ». Humm une boite de chocolat pour moi toute seule c’était ma bouche qui était en fête. Les jours suivants j’avais des admirateurs dans toutes les classes ils me demandaient de leur apprendre mes « Piches de Kung Fu ». J’avais par là suite passée une très belle année scolaire et Dominique(mon ex bourreau) était finalement devenu mon pote et nous avions fait de nombreuses classes ensemble au primaire. J’ai tellement d’histoires de cette époque comme celle où j’ai ramassé tous les papiers de format A4 de ma maitresse à la Grande Section et une fois en entrant à la maison, ma maman m’avait demandée « Blanche tu fais quoi avec tous ces papiers en main? » et moi, toute fière, je lui avais répondu sereinement « Je suis Alexis Carrington ». Lol, merci Jackie tu as sauvé mon goûter et merci maman car grâce à toi je n’ai plus jamais été la victime.

Bonne rentrée scolaire à tous.

#BlogDayBackToSchool2017

Privacy Preference Center